Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : la plume de l' ain 01000
  • : Association pour l'apprentissage de l'islam selon le coran, la sunnah et la comprehension des pieux predecesseurs ainsi que la langue arabe. (à bourg en bresse 01000) Pour nous contacter : laplumedelain@yahoo.fr
  • Contact

Profil

  • LA PLUME DE L'AIN
  • blog de l' association la plume de l' ain quelques rappel, et suivi de l' association. Cette association a pour but l' apprentissage de l' islam et de la langue arabe un des principale outil.
  • blog de l' association la plume de l' ain quelques rappel, et suivi de l' association. Cette association a pour but l' apprentissage de l' islam et de la langue arabe un des principale outil.

السلام عليكم و رحمة الله و بركاته

1911546073 small 2

Recherche

    mekkah

La plume de l'ain

    strategie ocean bleu

    masjid-nabawi

Catégories

    maroc-desert-dune-resize

    nature-wallpaper-467926482

11 août 2013 7 11 /08 /août /2013 21:45
Partager cet article
Repost0
5 juillet 2013 5 05 /07 /juillet /2013 14:13
Partager cet article
Repost0
5 juillet 2013 5 05 /07 /juillet /2013 14:12

 

  Personne ne peut tirer profit des bienfaits divins que sont la foi et la science si ce n’est celui qui connaît sa propre personne, la confine dans ses limites, sans les dépasser, sans en transgresser les frontières, ni considérer que ces bienfaits lui reviennent de droit.

 

Il est plutôt convaincu que ces bienfaits appartiennent à Allah ta’ala, viennent de Lui et se réalisent par Lui.

 

Allah est donc la source de tous les bienfaits qu’Il perpétue sans que le serviteur n’y soit pour quelque chose, et sans même les mériter.

 

Les bienfaits d’Allah lui imposent donc l’humilité.

 

Elles lui font prendre conscience de l’insignifiance de son âme et il reconnaîtra qu’elle ne comporte absolument aucun bien, et que si un quelconque bien lui est parvenu, c’est qu’il appartient à Allah, se réalise par Lui et vient de Lui.

 

Les bienfaits divins font ainsi naître en Lui une telle humilité et une telle déférence qu’elles en sont inexprimables.

 

Chaque fois qu’Allah ta’ala lui accorde un nouveau bienfait, cela ne fait qu’augmenter l’humilité du serviteur envers son Seigneur, sa déférence, son recueillement, son amour, sa crainte et son espoir.


article separator1

 

Tout ceci est le résultat de deux nobles sciences :

 

BUL029 La connaissance qu’il a de son Seigneur , de Sa perfection , de Sa bonté , de Sa suffisance , de Sa générosité , de Sa bienfaisance et de Sa miséricorde , et du fait que tout le bien est entre Ses deux mains , qu’il est Sa propriété et qu’Il l’accorde donc à qui Il veut , comme Il peut en priver qui Il veut .

A Lui la louange pour tout cela.

C’est là la plus complète et la plus parfaite des louanges 

 

BUL029 La connaissance qu’il a de sa propre personne, qu’il confine dans ses limites et frontières, et dont il reconnaît la déficience, l’injustice et l’ignorance.

Il reconnaît aussi qu’elle ne comporte absolument aucun bien, que le bien ne lui appartient pas, ne se réalise pas par elle, ni n’émane d’elle.

Il reconnaîtra aussi que son âme ne possède rien d’autres que le néant, et que ses caractéristiques et ses qualités ne sont rien d’autre que néant, par rapport auquel rien n’est plus méprisable et déficient.

Le bien qui existe potentiellement en elle découle de son existence, dont elle n’est ni la cause ni le moyen.


article separator1

Lorsque l’âme s’imprègne de ces deux connaissances, et pas seulement d’un point de vue théorique, elle reconnaîtra alors que toute la louange revient à Allah ta’ala, que toute chose Lui appartient, et que tout le bien est entre Ses deux mains.

 

Elle reconnaîtra aussi qu’Il est le seul à mériter louange, éloge et glorification, contrairement à elle, qui ne mérite que blâmes, critiques et reproches.

 

Quiconque passe a côté de ces deux connaissances verra ses paroles, ses actes et ses attitudes être frappés d’instabilité et de contradiction, sans pouvoir trouver le droit chemin le menant à Allah.

 

C’est en assimilant des deux connaissances en théorie et en pratique que le serviteur atteindra la satisfaction d’Allah.

 

Mais le chemin sera barré s’il les néglige.

 

C’est de là que vient l’expression : « Connais toi toi même et tu connaitras ton Seigneur  »

 

En effet, quiconque sait que son âme se caractérise par l’ignorance, l’injustice, les défauts, la déficience, le besoin, la pauvreté, la médiocrité et la mesquinerie, reconnaîtra qu’Allah ta’ala est à l’opposé de toutes ces caractéristiques.

 

Le serviteur confinera alors son âme dans ses frontières sans en dépasser les limites.

 

Il célébrera une partie des éloges que son Seigneur mérite.

 

Toute l’énergie de son amour, de sa crainte, de son espoir, de son repentir et de sa confiance sera exclusivement vouée à Allah, qui sera pour lui l’Etre le plus aimé, le plus craint, et le plus espéré.

 

Voilà la véritable soumission à Allah.

 

Et c’est d’Allah que nous implorons l’aide.

 

On raconte qu’un sage écrivit sur la porte de sa demeure :

 

« Personne ne pourra tirer profit de notre sagesse si ce n’est celui qui connaît son âme et la confine dans ses limites.

Quiconque présente cette qualité peut entrer.

Sinon, qu’il retourne sur ses pas jusqu’à acquérir cette qualité. »


Source : Kitab al Fawa'id de l'imam Ibn Al Qayyim (science legiferee) 

Cheikh Muhammad Ibn Abî Bakr Ibn Qayyîm al-jawziya

Partager cet article
Repost0
28 juin 2013 5 28 /06 /juin /2013 19:05
Partager cet article
Repost0
19 juin 2013 3 19 /06 /juin /2013 17:43
Partager cet article
Repost0
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 21:31

Le jeûne du mois de cha’bân

 Question :

 

Quel est le jugement sur le fait de jeûner pendant le mois de Sha'bân ?

 

Réponse :

 

Jeûner pendant le mois de Sha'bân est une Sunna, de même qu'il est Sunna d'en jeûner la plus grande partie, au point que 'Aishah a dit :


« Je ne l'ai pas vu jeûner plus que pendant le mois de Sha'bân. »
(Al-Bukhârî)

En raison de ce hadith, il convient de beaucoup jeûner pendant le mois de Sha'bân.

Les savants ont dit : le jeûne du mois de Sha'bân est semblable aux prières surérogatoires accompagnant les prières obligatoires.

Il est semblable à une introduction au mois de Ramadhân et un acte surérogatoire accompagnant le mois de Ramadhân.

C'est pour cette raison que le jeûne est prescrit pendant le mois de Sha'bân.


De la même manière, le jeûne de six jours pendant le mois de Shawwâl a été prescrit, comme un acte surérogatoire avant et après l'acte obligatoire.

Le jeûne pendant le mois de Sha'bân contient un autre profit qui est d'établir et de préparer l'âme au jeûne, afin qu'elle soit prête à jeûner le mois de Ramadhân, et que son accomplissement lui soit aisé.

Source :
Fatâwâ Arkân Al-Islâm, n°443.
copié de salafs.com

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Ibn ’Outheymine
Partager cet article
Repost0
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 21:25

 

Le principal moyen de l'épanouissement de la poitrine est l'unicité d'Allah, (tawhid), et en fonction de l'importance de sa perfection, sa force et son augmentation sera l'épanouissement de la poitrine de la personne.

 

Allah a dit [ce qui signifie]:

 

«Est- ce que celui dont Allah ouvre la poitrine à l'Islam et qui détient ainsi une lumière venant de Son Seigneur» (sourate Al-Zumur 39:22).

 

Et

 

«Et puis, quiconque Allah veut guider, Il lui ouvre la poitrine à l'Islam. Et quiconque Il veut égarer, Il rend sa poitrine étroite et gênée, comme s'il s'efforçait de monter au ciel. Ainsi Allah inflige Sa punition à ceux qui ne croient pas.» (sourate Al-An'am 6:125).

 

La guidée et l'unicité de Dieu sont les grands moyens de l'épanouissement de la poitrine , tandis que l'associanisme et l'égarement sont les principalles causes de son étroitesse et de sa gène.

welcome 02

Parmi les moyens qui apaisent le cœur

 

BUL021La lumière d'Allah (Nour Allah)

 

Il s'agit de la lumière d'Allah met dans le cœur du serviteur (l'homme), qui est la lumière de la foi (iman).

 

Elle apaise la poitrine et l'élargit, ainsi le cœur se réjouit.

 

Quand cette lumière n'est plus présente dans le coeur du croyant, alors le coeur devient étroit, gêné et dans une prison la plus étroite et la plus difficile.

 

Al-Tarmidi a rapporté, dans son Jami', que le prophète صلى الله عليه وسلم a dit:

 

"Quand la lumière entre dans le cœur, il s'élargit et s'apaise.

On lui demanda: ô messager d'Allah! Quel en est le signe?

Il a dit صلى الله عليه وسلم : le désir ardent du monde de l'éternité (l'au-delà), l'hostilité du monde trompeur (d'ici-bas) et la préparation à la mort avant son avènement."

 

La poitrine de l'homme s'épanouit en fonction de l'intensité de la lumière qui l'atteint. Ainsi, la lumière substantielle apaise le cœur, de même que l'obscurité physique le rend étroit.

 

BUL021La science

 

Elle apaise le cœur et l'élargit à tel point qu'il serait plus large que le monde, de même que l'ignorance lui cause l'étroitesse, le blocage et l'enchaînement.

 

Au fur et à mesure que la science d'un homme s'élargit, son cœur s'apaise et s'élargit également.

 

Il ne s'agit pas de toute science, mais uniquement de celle laissée par le messager d'Allah صلى الله عليه وسلم laquelle est la science utile.

 

Ses gens ont les cœurs les plus apaisés et élargis parmi les hommes, les comportements les plus nobles et les vies (savoir-vivre) les plus purs.

 

BUL021Le repentir à Allah l'Exalté et le Très-Haut, son amour de tout cœur, la hâte à Lui et la réjouissance de Son adoration


Rien d'autre que cela, n'est plus apaisant pour le cœur de l'homme, au point qu'il se dit, parfois : "Si je suis au paradis dans un tel état, j'aurai, donc, une vie agréable".

 

L'Amour a un effet très surprenant sur l'épanouissement de la poitrine , le fait d'être en bonne humeur et la tranquillité de l'esprit, mais seul le connaît celui qui l'a déjà ressenti.

 

Plus l'Amour est fort et intense, et plus le coeur est large et appaisé, et celui-ci ne s'oppresse qu'à la vue des oisifs désœuvrés, car leur vue est un fétu dans son œil et leur fréquentation est une fièvre pour son âme.

 

Et parmi les principales causes de l'oppression de la poitrine:

 

le fait de se détourner [des enseignements] d'Allah, l'attachement du cœur à autre que Lui, l'oubli de Son rappel et l'Amour d'autre que Lui. Car quiconque aime autre chose qu'Allah, est puni avec cette même chose, et son cœur est emprisonné de l'Amour de cet autrui.

 

Ainsi, il n'y aura personne de plus malheureux, de plus inquiet, dont la vie est la plus difficile et dont le coeur est plus malade que lui!

 

Ils sont, donc, deux Amours dont l'un est le paradis de ce monde ici-bas, la joie de l'esprit, la réjouissance du cœur, le délice de l'âme, sa manne du ciel (nourriture spirituelle), sa panacée (remède contre toute maladie), et même sa vivacité et sa consolation.

 

Celui-ci est l'Amour d'Allah Seul de tout cœur, avec une attirance de toutes les forces des élans [du cœur], de la volonté et de l'attachement à Lui.

 

L'autre Amour est un supplice de l'âme, une angoisse, un emprisonnement du cœur et une oppression de la poitrine, et c'est aussi la cause du malheur, de l'ennui et de la peine.

 

Celui-ci est l'Amour d'un autre qu'Allah l'Exalté!

 

Son [celui d'Allah] rappel et la mention de Son nom à tous les instants en toute circonstance et à n'importe quel endroit.

 

Le rappel a un effet mystérieux sur l'épanouissement de la poitrine, et l'apaisement du cœur de même que l'insouciance et l'oubli [du rappel] a un effet d'oppression, d'emprisonnement et de souffrance sur la poitrine.

 

BUL021La bienfaisance envers les créatures et les servir de tout ce qui est possible: de biens, de dignité, de force physique et les différents genres de bienfaisance.

 

Le généreux bienfaisant a la poitrine la plus épanouie, l'âme la plus pure et le cœur le plus joyeux de tous les hommes.

 

Par contre, l'avare, qui n'est point bienfaisant, a la poitrine la plus oppressée et la vie la plus difficile et il est le plus malheureux et le plus inquiet. Le messager d'Allah, salla Allah alaïhi wa sallam, a donné l'exemple de l'avare et de l'homme charitable comme deux hommes vêtus d'un bouclier en acier.

 

Chaque fois que l'homme charitable est sur le point de faire un don, son bouclier s'élargit et s'étend au point qu'il traîne ses vêtements [derrière lui] et efface ses traces, quant à l'avare, son bouclier se resserre sur lui et ne s'élargit pas lorsqu'il est sur le point de faire la charité.

 

C'est l'exemple de l'épanouissement de la poitrine du croyant (moumin) charitable et de son aisance, et du resserrement du cœur de l'avare et son oppression.

 

BUL021La bravoure

 

Car le brave a une poitrine épanouie, une grande candeur et un cœur large, et le lâche a la plus étroite des poitrines et le plus serré des cœurs et ne connaît ni joie, ni bonheur, ni réjouissance et ni délice qu'une nature animalière et bestiale.

 

Or, la réjouissance de l'âme, son plaisir, son aisance et sa jubilation sont interdits à tout lâche, comme ils le sont à tout avare, et à toute personne se détournant [des versets] d'Allah l'Exalté, insouciant de Son rappel, L'ignorant ainsi que Ses noms, Ses attributs et Sa religion [qu'Il a agréée] et ayant le cœur attaché à autrui.

 

Cette jubilation et cette joie [que le croyant trouve] deviennent, dans la tombe des clos et un jardin, quant à la gêne et à l'étroitesse [que l'insouciant a] se transforment, dans la tombe, en tourment et en emprisonnement.

 

L'état de l'homme dans sa tombe est le même que celui du cœur à l'intérieur de la poitrine qu'il s'agisse de délice, de tourment, d 'emprisonnement ou de libération.

 

Il ne faut pas se fier à un épanouissement ou un resserrement passagers d'une poitrine, car les incidents disparaissent avec la cessation des causes, mais plutôt à la qualité qui s'est développée à l'intérieur du cœur, l'obligeant à être épanoui ou resserré.

 

C'est elle qu'on compte.

 

C'est auprès d'Allah qu'on cherche de l'aide.

 

BUL021Ressortir et se débarrasser de la duperie du cœur, et des qualités blâmables

 

Elles causent son resserrement et son tourment et empêchent la survenance du bien.

 

Car si l'homme entreprend les moyens qui épanouissent sa poitrine sans se débarrasser des qualités blâmables, il n'aura aucune utilité de l'épanouissement de sa poitrine.

 

En fin de compte, deux natures se disputeront son cœur, et ce sera la majoritaire qui l'aura [et qui l'emportera].

 

Il faut se passer de l'excédent du regard, de la parole, de l'audition, de la fréquentation, de la nourriture et du sommeil, car ces excès se transforment en malheurs, angoisses, soucis dans le cœur en le resserrant, l'emprisonnant, l'oppressant et lui faisant subir des tourments.

 

La grande partie des tourments dans ce monde ici-bas et dans l'au-delà est la conséquence de ces excès.

 

Point de divinité [digne d'adoration] excepté Allah!

 

Comment la poitrine, de celui qui a touché à chacun de ses vices, est oppressée, sa vie est difficile, son état est mauvais [déplorable] et son cœur est resserré.

 

Point de divinité [digne d'adoration] excepté Allah!

 

Comment la vie est facile, de celui qui a eu une part entière de chacune de ces bonnes qualités, lesquelles sont ses préoccupations primordialles.

 

Celui-ci [l'heureux] a eu une part entière de «Les bons seront, certes, dans un [jardin] de délice» (sourate Al-Infitar 82:13), de même que l'autre [le malheureux] a eu une grande part de « et les libertins seront, certes, dans une fournaise» (sourate Al-Infitar 82:14); et entre les deux [hommes] des degrés de différence dont Seul Allah, béni soit-il le Très Haut, connaît le nombre.

 

Le messager d'Allah صلى الله عليه وسلم est la créature parfaite en chacune des bonnes qualités qui produisent l'épanouissement de la poitrine, l'apaisement du cœur, la réjouissance et vivacité de l'âme.

 

Il est la plus parfaite des créatures en cet épanouissement, vivacité et réjouissance en plus de tout ce qu'il lui a été attribué particulièrement d'épanouissement substantiel.

 

La plus persévérante des créatures (hommes) [de la sunna] du prophète صلى الله عليه وسلم et le plus épanoui d'entre elles, le plus joyeux et le plus réjoui.

 

C'est en fonction de sa persévérance que l'homme atteint ce qu'il mérite d'épanouissement de la poitrine, de réjouissance et de joie de son âme.

 

Il [le prophète صلى الله عليه وسلم] est au summum de l'épanouissement de la poitrine, de l'exaltation de sa renommé et de sa décharge du fardeau, et ses fidèles en auront selon leur persévérance et observation [de sa pratique] .

 

C'est auprès d'Allah qu'on cherche de l'aide.

 

C'est ainsi que ses fidèles auront, également, une part, petite ou grande, de la protection d'Allah, Sa préservation, Sa défense, Sa fortification et Sa victoire, selon leurs degrés de persévérance.

 

Celui qui trouve un bien, qu'il rende les louanges à Allah, quant à celui qui trouve autre chose, qu'il ne fasse de reproches qu'à lui-même.

 

[Zad Al-Ma'ad, le viatique du Paradis de l'Imam Ibn Al-Qayyim Al-Jawziyah.

Tome 1, page 152-153

copié de alminhadj.fr la science legiférée

Imam Muhammad Ibn Abî Bakr Ibn Qayyîm al-jawziya

Partager cet article
Repost0
8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 12:58

 

 Alî Ibn Abî Tâlib (radhiallâhu 'anhu) a dit :

Le droit du savant sur toi consiste en ceci


BUL020
Tu dois saluer les gens en général et lui réserver une salutation particulière.

BUL020
Tu dois t'asseoir devant lui sans faire, en sa présence, des signes avec ta main ou des clins d'oeil.

BUL020 Tu ne dois pas le submerger de questions.

BUL020
Tu ne dois pas intervenir pour la réponse.

BUL020
Tu ne dois pas insister auprès de lui lorsqu'il se relâche.

BUL020
Tu ne dois pas t'y reprendre lorsqu'il s'y refuse.

BUL020
Tu ne dois pas saisir son vêtement lorsqu'il se lève.

BUL020 Tu ne dois pas répandre ses secrets.

BUL020 Tu ne dois pas médire de personne en sa présence.

BUL020
Tu ne dois pas rechercher ses trébuchements et s'il lui arrive de trébucher, tu dois accepter son excuse.

BUL020 Tu ne dois pas lui dire : "j'ai entendu un tel dire ceci, ou : qu'un tel autre dit le contraire de ce qu'il affirme."

BUL020
Tu ne dois pas d'écrire un autre savant en sa présence.

BUL020
Tu ne dois pas te détourner de sa longue compagnie.

BUL020
Tu ne dois pas répugner à le servir. Lorsqu'il a besoin de quelque chose tu dois le servir en premier, car il est pour toi comme un palmier : Tu dois attendre que les dattes tombent. [1]

Notes
[1]Kitâb « Moukhtasar Minhâj al-Qâsidîn » de Ibn Qoudâma al-Maqdissî, p.29-30

 

copié de manhajulhaqq.com et la science legiferee

 

Imam Ibn Qudama Maqdissi

Partager cet article
Repost0
5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 21:07
Partager cet article
Repost0
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 12:16
Partager cet article
Repost0